"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

en ce moment

[journalier]

journalier 31 03 19 - jusqu’au 1, jusqu’au 8, jusqu’au 12

dimanche 31 mars 2019, par C Jeanney



- marcher sur les pontons, les grenouilles sont dessous, on les entend on ne les voit pas
- un pigeon blanc et marron sur le pont
- des touristes indiens parlent devant la vitrine aux coquelicots
- longer le petit train touristique vide et un homme en grande conversation qui dit les gamins les gamins les gamins
- le magasin de broderies est en travaux jusqu’au 1, jusqu’au 8, jusqu’au 12, l’affiche n’est pas très explicite
- je suis un haut-parleur
- "environnement" "délectation" se lisent sur une surface réduite
- les gens ont tous quelque chose à faire
- une femme me dépasse, jogging, un bras serré contre son flanc accentue son aspect machinesque, il est sanglé d’un scratch avec écran, peut-être que son cœur bat dedans
- quelqu’un se souvient d’un coup de téléphone
- les mots sont importants, c’est important, et les utiliser sans rien dire est une performance
- mettre le point final, ça se fait tous les jours
- écrire partout, ça pourrait être une bonne idée comme jason nelson et ses poèmes en commentaires fnac, amazon, darty, des poèmes postés sur des services de vente en ligne
- mais c’est très égoïste aussi, ça présuppose que qui les reçoit (par hasard, par mégarde) n’a pas son mot à dire, pas de volonté, pas d’intention comme si on le gavait de poème-entonnoir, c’est autant jusqu’au-bout qu’insensible
- écrire où ça, et que ça se disperse ou que ça tombe dans rien, est-ce que c’est important
- les grenouilles chantent même si on ne les voit pas, ça compte
- en marchant il y avait (j’ai vu) les signes de ponctuations sur le chemin de graviers fins, virgules et points-virgules brindilles, bâtonnets slash et points d’exclamation, aussi un bout de bois en forme de couteau, voilà l’idée, écrire comme ça, en coupant sans couper, parlant sans être vu, écoutant sans comprendre la langue indienne (de l’autre bout du monde) et les répétitions gamins gamins gamins sans imposer, ensuite le pigeon blanc et marron qui ne ressemblait à aucun autre s’est mis à voler droit en rasant la rambarde et l’eau et les canards, les joncs, et l’eau (celle où vw avance coupant sa respiration), l’eau, c’est de l’eau (la tête emmaillotée) miroitait de partout



.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.