"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

MAINTENANT

[tentatives du moment]

[journalier]

journalier 09 03 19 - cacher/montrer

samedi 9 mars 2019, par C Jeanney



- Sciences et Avenir n’est pas un site anarchopamphlétaire, ne prône pas la révolution couteau entre les incisives, mais donne plutôt des nouvelles des parasites des pigeons, d’une foreuse sur la planète Mars, de la culture des chimpanzés ou "de tout ce que vous avez voulu savoir sur la soupe sans jamais oser le demander"
- le 8mars un article "né sur la route, dans un gîte : la vie à Die sans la maternité" :
"ça m’a pris un temps fou pour trouver ce gîte, tout organiser, déménager avec mes deux autres enfants. Et pour le faire, on a mis de côté. S’il y avait toujours la maternité, ce serait plus serein".
- Marco : "j’étais pas avec elle"
"J’avais préparé une ambulance faite maison avec matelas, gants chirurgicaux, draps dans ma camionnette. Ici tout le monde fait ça. Je voulais absolument que ma femme accouche dans une structure médicale, avec bloc de chirurgie au cas où.
On a commencé à rouler, les contractions se sont rapprochées, toutes les 50 secondes. J’appelle le 15. Ils me disent de les attendre. Mais ils en avaient pour au moins 1H15 à arriver. Je leur propose de venir à ma rencontre. Ils refusent. J’ai conduit comme un fou, avec des pointes à 150 km/h et j’étais pas avec elle. Un ami infirmier nous suivait en voiture. Je n’ai même pas mis une main sur le dos de ma femme, je n’ai lâché aucun espace pour mes propres émotions.
"
(la totalité à lire ici)
- les corps, la politique joue sur les corps, appuie, presse, déforme, ronge, la politique imprime sa marque sur les corps (et en général pas sur les corps des plus vaillants ni ceux des plus entourés), la politique empoigne encore plus que les autres les corps les plus fragilisés, pose des piques sur les bancs pour empêcher qu’on puisse dormir et force les bébés à effectuer la grande traversée du naître, si délicate, si dangereuse, le grand choc de naître, sans filets
- la politique c’est l’avenir
- on va se préparer des ambulances maison, et pas seulement en prévision des accouchements, il y aura la montée des eaux aussi, il faudra prévoir des radeaux et calculer comment contrer la disparition des abeilles (déjà, en 1979, Haroun Tazieff se faisait foutre de lui, "c’est un baratin ça")
- la politique c’est physique, c’est physiquement que des gens tombent des échafaudages
- c’est physique, ça fait respirer des particules toxiques
- il faudrait que ça puisse se voir
(j’imagine des réunions, assemblées, conseils d’hommes & femmes politiques aux corps peints à la Liu Bolin, "connu pour sa série de photo-performances de camouflage", mais ça ne serait pas du camouflage, ce serait le contraire, on verrait sur les corps peints des politiques ce qu’ils impriment sur les corps des autres humains, ce serait plus clair)



.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

  • Madame Buzyn dirait : "On ne tire pas sur une ambulance".

    Une voiture gratuite (électrique) serait prêtée à toute femme devant accoucher dans les quinze jours. Elle devrait la rendre propre et rechargée, une fois la mise au monde terminée, au Centre départemental de la santé et des solidarités excentrées (CDSSE).

    L’équipe gouvernementale porterait des livrées (comme Nestor chez Hergé) et non des gilets.

  • boudiou, tonnerre de Brest, passembleu et crotte que soient maudits marqués ces scarabées, ces mouches à merde, ces sapajous, ces corniauds de "décideurs" (qui en outre sur leur plateforme de débat ne nous offrent que le choix entre les services publics que nous "voulons" supprimer.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.