"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

en ce moment

[journalier]

journalier 19 05 19 - des histoires

dimanche 19 mai 2019, par C Jeanney



- un concert, Abbado et ses si belles mains (mais quel impact avait réellement la beauté de ses mains sur sa réception, aurait-il été tant révéré s’il avait eu des mains larges, carrées, doigts courts, mains de travailleur manuel, la peau épaisse et les ongles abîmés)
- l’orchestre est sur l’estrade et le public un peu en contrebas — je mets du temps à réaliser qu’en fait l’orchestre est entouré de part et d’autre : d’un côté et en contrebas le public habituel et nombreux, la masse on pourrait dire, et de l’autre côté, comme des portraits en pied encadrés du bois luxueux des fenêtres d’un bâtiment qui affleurerait à cet endroit, c’est un autre public, rare, dans les loges, peu de gens, peut-être une quarantaine, pas plus — là où ils sont, ils peuvent voir le chef d’orchestre de face (la masse en contrebas ne verra que son dos) — là où ils sont, en surplomb, ils peuvent observer les instruments entiers, pas des fragments de pieds ou d’archets masqués par le reste — des portions d’image, des images entières, qui-voit-quoi est, bien sûr, hiérarchisé, ce n’est pas une nouveauté que je découvre, mais je n’avais jamais pensé aux sons, les sons aussi ne sont pas distribués de la même manière selon qu’on est portrait en pied ou masse, entendre aussi possède sa hiérarchie — le son monte vers les loges naturellement, il n’est pas affaibli ou fatigué d’avoir été répercuté à l’horizontale — au sein du même concert il n’y a pas d’égalité sonore
- écouter une chaîne d’info en continu, au final, c’est comme écouter un vieil écrivain vaguement contemplatif, un peu sourd et légèrement réactionnaire — il repose souvent les mêmes questions ("mais que veulent-ils ?") ("a-t-on une idée de ce qu’ils veulent ?") ("qu’est-ce qu’ils demandent au fond ?"), il observe la situation comme on apprécierait les vols et circonvolutions aériennes d’étourneaux au-dessus d’un champ en été ("ils ont changé de direction"), ("ils repartent"), ("ils s’essoufflent"), il veut qu’on lui raconte sans arrêt des histoires ("Mais diriez-vous que ?", "Pensez-vous que ?", "Selon vous, est-il possible que ?"), il laisse transparaître une certaine nostalgie d’un c’était mieux avant, une stupéfaction aussi ("on n’a jamais vu ça", "c’est assez inédit", "on peut dire que c’est la première fois que") et il cherche à savoir si d’autres éprouvent ce même étonnement ("Mais direz-vous que ce que l’on voit ici [le vol des étourneaux] est inédit ?"), on sent qu’il tente de rassurer et qu’il n’a pas encore assez de matière pour écrire son œuvre (sa surdité doit le freiner beaucoup) — il n’a de plus pas encore choisi quels seront les principaux protagonistes et quels destins il leur réserve (un Achille lumineux qui préfère une vie brève mais héroïque ? ou un Ulysse rusé, métamorphosé en mendiant, qui mourra vieux ?) (les grecs pensaient que ces héros n’étaient pas fictionnels, qu’ils avaient réellement existé, le vieil écrivain ne sait pas si le brouillon de son manuscrit lui permet de trancher, et tout ce qui n’est pas incarné par une figure unique, majestueuse ou retorse, reste intriqué dans le décor, en fait partie, comme les ombres — dont on ne sait pas ce qu’elles veulent)



.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

  • à la cité de la musique, dans la grande salle (enfin ce qui était la grande salle avant la construction de la philarmonie) j’avais généralement une place dans les confortables fauteuils (catastrophe, quand j’étais fatiguée - à peu près toujours - et que la musique, belle, me rendais heureuse, je m’endormais benoîtement ...) mais parfois on ouvrait (et là les places étaient vendues beaucoup moins cher au dernier moment) le couloir circulaire tout en haut... si le concert était donné par un chef que j’aimais, le placeur de la salle me prévenait et j’allais vite me planter face à lui, en haut... avec consigne de ne plus bouger pour ne pas le déranger - c’était en fait un privilège d’initiée...
    Avec William Christie c’’était tout bonnement merveilleux...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.